Dossier complet : Spoliation des communistes de Saint Quentin par la direction départementale et nationale du PCF

Afin de permettre un maximum de transparence et de compréhension, nous rassemblons ici toutes les pièces concernant les manipulations de la fédération de l’Aisne et de son secrétaire, Benoit Roger, pour faire taire les communistes de la Section de Saint Quentin en tentant notamment de les empêcher de se présenter à l’élection législative partielle de 2016 dans la 2e circonscription de l’Aisne (celle de Saint Quentin), suite à la démission de Xavier Bertrand (loi de non cumul des mandats).

Depuis de nombreuses années, nous subissons, en interne, les tripatouillages de la fédération de l’Aisne, soutenu et soutenant continuellement la direction nationale du PCF. Nous nous attirons les foudres des responsables départementaux pour nos dénonciations de leurs stratégies opportunistes et trompeuses, mortifères pour le PCF et donc nuisible pour le mouvement ouvrier et la population en général. Nous avons dénoncé toutes les alliances contre nature avec le Parti socialiste (départementales et nationales), la stratégie d’impasse et d’illusion du Front de Gauche (qui plus est dans l’Aisne où aucune des autres composantes n’est représentative), les mythes de l’Europe sociale et le soutien aux organisations sociales démocrates telles que Syriza et son leader Tsipras en Grèce, ou encore l’absence de revendications claires telles que la sortie de l’Union européenne et de l’Euro ou encore les nationalisations des principaux moyens économiques et de productions.

Le combat dans les instances internes du PCF a été grandement mené, les directions les ont verrouillé, comme elles ont conduit le Parti communiste à une ombre, à un squelette, à une coquille vidé de son sens d’organisation de classe offrant aux travailleurs un outil pour s’organiser face au capitalisme. Aux dernières élections régionales, dans l’Aisne, le PCF dépassait péniblement les 4%. Nous décidons donc de passer à une nouvelle étape et de faire publiquement apparaître qu’il existe, à l’intérieur du PCF, des communistes qui n’ont rien à voir avec les magouilles politiciennes de leurs directions.

Dans un but de clarté, nous rendons public le déroulement de ces événements.

  • Réunion du bureau de Section de Saint Quentin du 8 janvier 2016

Pour anticiper la démission de Xavier Bertrand, vu les délais courts pour la campagne (nouvelle élection législative dans un délai de moins de trois mois), le bureau de Section s’est réunit pour anticiper les événements.

Après discussion et échanges des différents points de vue, le bureau de Section conclut à l’unanimité :

1. Que les communistes ne peuvent pas être absents de ce scrutin, que le choix offert à la population ne peut pas se limiter au PS, à LR ou au FN. Par conséquent, il décide de proposer aux communistes une candidature communiste présentée par le PCF.

2. à la proposition de candidatures de Corinne Bécourt comme titulaire, pour son rôle dans le PCF et son implication locale et d’Olivier Tournay comme suppléant pour son rôle dans le conseil municipal de Saint Quentin et sa position d’opposant principal à Xavier Bertrand.

Questionnés par la presse, nous affirmerons que le bureau fait ces propositions qui doivent être débattues en conseil départemental puis validées par le vote des communistes de la circonscription.

  • Conseil départemental du PCF de l’Aisne du 20 janvier 2016

Le conseil départemental, sur des bases politiques (volonté de ne pas présenter des candidats d’une section contestataire), rejette les propositions du bureau de Section de Saint Quentin et impose 2 candidatures sur la bases de la stratégie du Front de Gauche – L’humain d’abord. Le Conseil départemental vote contre une candidature communiste présentée par le PCF et pour des candidats ne résidents pas à Saint Quentin (60% de la circonscription).

Compte rendu complet du Conseil départemental

  • Assemblée générale des communistes de la Section de Saint Quentin du 22 janvier 2016

En assemblée générale, les communistes de la Section de Saint Quentin prennent note des décisions du Conseil départemental et valident les propositions du bureau de Section, à savoir :

1. Que les communistes ne peuvent pas être absents de ce scrutin, que le choix offert à la population ne peut pas se limiter au PS, à LR ou au FN. Par conséquent, il décide de proposer aux communistes une candidature communiste présentée par le PCF.

2. La proposition de candidatures de Corinne Bécourt comme titulaire, pour son rôle dans le PCF et son implication locale et d’Olivier Tournay comme suppléant pour son rôle dans le conseil municipal de Saint Quentin et sa position d’opposant principal à Xavier Bertrand.

Les deux propositions du Conseil départemental (stratégie front de gauche – l’humain d’abord et les candidatures de Gérard Brunel et Nathalie Bendif) sont aussi soumises au vote, elles sont rejetées à l’unanimité des camarades présents.

L’assemblée générale décide aussi d’écrire un courrier à Pierre Laurent et aux membres du Conseil national pour les appeler à intervenir sur la dégradation de la situation dans l’Aisne et les entorses aux règles de fonctionnement du PCF.

Voir le courrier à Pierre Laurent et au CN

à ce jour, nous n’avons toujours pas reçu de réponse

  • Réception d’une convocation à une pseudo consultation des communistes

Lundi 25 janvier 2016, une partie des adhérents de la Section de Saint Quentin reçoit une lettre de convocation pour une consultation des communistes organisés 2 jours plus tard, le mercredi 27 janvier dans un bar excentré de Saint Quentin (lieu de l’annonce des dernières candidatures de division du Front de Gauche face aux candidats communistes lors des dernières départementales, voir l’article). Sur ce courrier, ne sont annoncés qu’une seule candidature, celle de la fédération de l’Aisne : Gérard Brunel comme titulaire et Nathalie Bendif comme suppléante. Aucune mention n’est faite de notre candidature, aucun bulletin de vote n’est présent dans l’enveloppe, aucun moyen n’est donné aux camarades absents ou dans l’incapacité de se déplacer pour voter par correspondance.

12615766_809438319185198_2179208852369672942_o

  • Bureau de Section de Saint Quentin du 25 janvier 2016

Le bureau de Section, réuni en urgence suite à la réception du courrier, décide à l’unanimité de ne pas participer à ce simulacre de consultation enfreignant la plupart des règles statutaires du PCF et décide d’appeler les communistes à dénoncer les pratiques de la fédération de l’Aisne du PCF et de son secrétaire, Benoit Roger.

Une demande officielle d’annulation de la consultation est envoyée au secrétaire départemental dès ce lundi soir

Un appel est lancé, il sera signé par plus de 100 communistes en moins de 48h.

Voir l’appel des 100

  • Consultation anti démocratique de la fédération de l’Aisne dans un bistrot

Malgré la demande d’annulation de la consultation envoyé au secrétaire départemental par le bureau de Section, celle-ci est maintenu. Quatre camarades sont sur place et constatent 13 votants. Lors du dépouillement, 28 enveloppes de vote sont sorties de l’urne. L’unanimité des votes en faveur des candidats du conseil départementale. Le secrétaire départemental annonce 54 inscrits sur la liste électorale, pour plus de 150 adhérents dans notre seule section. 28 votants représentants tout juste la majorité absolue. La magouille est bien ficelée. Seuls les adhérents de la Section « Front de gauche » (créée hors cadre statutaire il y a quelques années, sur le même secteur que le notre, pour diviser et contrer la section de Saint Quentin), se sont déplacés pour voter, les autres sections de la circonscription n’ont pas participé à cette mascarade.

Nous remettons la centaines de signatures de communistes de la circonscription demandant l’annulation de cette pseudo consultation et reconnaissant les candidatures légitimes de la Section de Saint Quentin (Corinne Bécourt et Olivier Tournay).

Voir la vidéo de la remise de l’appel

  • Assemblée générale extraordinaire des communistes de la Section de Saint Quentin du 3 février

Suite à l’ahurissante surdité de la fédération sur les revendication d’une grande majorité des communistes de la circonscription, le bureau décide la convocation d’une assemblée générale extraordinaire dans les meilleurs délais pour décider démocratiquement des suites à donner. Elle se réunira  le 3 février et posera tous les faits et conséquences sur la table. Le débat se conclura par un vote à l’unanimité des voix pour le maintien des candidatures légitimes, fortes du soutien de plus de 100 communistes, de Corinne Bécourt et d’Olivier Tournay.

Un communiqué sera écrit dans la lancée et envoyé à la presse le vendredi 5 février.

Voir le communiqué : 

Pour porter la colère et les luttes populaires, le PCF-Saint-Quentin présente Corinne BECOURT et Olivier TOURNAY, candidats de la justice sociale

  • Plusieurs membres du Conseil national du PCF répondent aux communistes de Saint Quentin

Plusieurs membres du Conseil national du PCF répondent à notre courrier à Pierre Laurent et aux membres du CN. Ils valident et soutiennent notre démarches et reconnaissent nos candidatures comme seules légitimes et appellent les candidats « Front de gauche » à suivre le choix démocratique et à se retirer.

La lettre des membres du CN

  • Le comité de soutien est lancé et regroupe plus de 500 noms au 5 mars

Consulter et rejoindre le comité de soutien

Entre temps, nous avons militer pour soutenir les salariés de l’usine de SAPAG, menacée de fermeture, nous avons militer pour les goodyears, participer à la grève et manifestation du 26 janvier, diffusé des tracts et défendu des locataires dont le chauffage était coupé depuis une semaine (11° dans les logements). Les magouilles internes de certains dirigeants du PCF nuisent aux développements des luttes.

Nous mettrons régulièrement à jour ce compte rendu

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/dossier-complet-spoliation-des-communistes-de-saint-quentin-par-la-direction-departementale-et-nationale-du-pcf/

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • liévin fabienne on février 1, 2016 at 10:17
    • Répondre

    Bon courage chers camarades. Continuons le débat pour la démocratie en interne et en externe. Gros bis

    • Poissonnet on février 1, 2016 at 5:39
    • Répondre

    J’imagine que chez vous aussi militants F de G seront très nombreux pour mener campagne! (Humour) !
    Dans de telles conditions pas besoin de faire de gros efforts pour imaginer le score du Candidat !
    Notre direction nationale nous amuse avec  » les primaires  » alors que nous devrions débattre et construire avec le peuple un programme auquel il adhérerait et porterait lors des présidentielles. Le candidat serait le porte parole de ce projet C’est la vision de la FD du Morbihan.en froid avec le national. Les comptes se régleront
    lors du prochain congrès !.

  1. « Rassurez-vous » – façon de parler -, camarades. Dans les Htes Pyrénées, les magouilles battent leur plein depuis longtemps. Le malaise est profond, général, seule compte la lutte des PLACES pour celles et ceux qui se maintiennent aux postes à n’importe quel prix: la fin du PC par sa confiscation et les bidouillages.

    Bravo Laurent, MP Vieu, etc…..

  2. Communiste depuis 1974,j’ai été mis « au placard » depuis 1997 après avoir signifié mon refus de la participation du PCF à la Gauche Plurielle avec 10% d’influence électorale…Depuis,le PCF ne cesse de plonger. Je ne suis pas certains que ce sont des tripatouillages qui redonneront la confiance ouvrière perdue…Bon courage camarades de Saint-Quentin..! Bonne réussite!

    • michel MICHEL on février 19, 2016 at 6:48
    • Répondre

    Totalement d’accord avec vos positions. A la fédé Meuse j’ai la même à la tête de la fédération. Droite dans ses bottes devant la quasi totalité des camarades médusés Exemple : En 2012 création d’un journal Front de Gauche, création d’une association des amis du journal, cotisations à l’association, fête du journal….Les camarades ne donnent pas suite à ces initiatives mais l’expression spécifique du parti est délibérément entravée. La bataille d’idées fait tache dans le consensus mou du FDG;
    Virage à 180 degrés en 2014 et course à un poste d’adjoint avec le PS sortant à Bar le Duc. Après la perte de la mairie rebelote FDG.
    Le parti est carrément en déliquescence fin 2015, peu importe la secrétaire continue. Nous parlons défense de l’emploi, des services publics des problèmes de santé elle répond « collectif de défense des libertés » primaires dans la droite ligne du CN.
    La proposition d’un débat sur la vie du parti, son renforcement, des initiatives contre le déclin programmé du territoire restent sans suite.
    Au fait je voudrais verser à votre souscription;

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.