VOEUX DU, PCF SAINT QUENTIN AISNE (02),fraternels solidaires, combatifs!

Prise de Parole d’Olivier Tournay PCF, conseiller municipal d’opposition  et  prise de parole de la secrétaire de Section

Vendredi 25 janvier 2019

Vœux PCF ST QUENTIN

Corinne BECOURT, secrétaire de section

 

Dans un premier temps, merci à tous d’être présents ce soir, malgré une météo peu propice aux déplacements en voiture

Au nom du parti communiste français, je vous présente nos meilleurs vœux pour 2019.

Les vœux, c’est un retour en arrière, une forme de bilan, que je ne vais pas vous énumérer ici.

Tout au long de la soirée un diaporama préparé par Aurélien pour nos congrès locaux va défiler sur cet écran ainsi qu’une vidéo.

Il démontre, s’il le fallait, des sections riches en actions, en luttes, en solidarité et en détermination. Des sections combatives, unies.

Communistes, pour nous, exister, c’est lutter, c’est la vie, avec cette satisfaction de ne pas être des « zombies », lobotomisés par des discours nationaux ou locaux, emprunts de reniements et remettant en cause tout nos acquis.

Et OUI, nous ne sommes pas là que pour les élections ou qu’au moment des élections !

La force de notre organisation, c’est aussi de s’appuyer sur la réflexion, l’intelligence collective, de débattre régulièrement, d’analyser :

Est­-ce juste ? Ou cela nous mène -t-il ?

Mais aussi de nous appuyer sur une idéologie, des fondateurs du PCF, Marx, Lénine…

D’ailleurs, j’en profite pour reprendre les propos  de Lénine que je fais miens : « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire ».

Les tâches que nous nous fixons pour 2019 et les années à venir sont exigeantes et le rythme du travail pratique intense.

 Il ne s’agit pas seulement de la nécessité impérieuse, fondamentale,de répondre par la lutte à l’offensive violente du capital et des politiques de droite qui servent ses intérêts.

Il s’agit d’engager, tout autour de nous, le renforcement du Parti, pour élargir les rangs, pour se renforcer dans les entreprises et sur les lieux de travail, pour nous enraciner encore plus dans les masses, pour nous doter d’une base financière encore plus solide, condition nécessaire à son intervention indépendante, pour attirer plus d’ouvriers, de femmes et de jeunes pour les idéaux et le projet émancipateur du communisme.

Nos outils, des tracts, notre journal « l’Eveil », pour amener nos analyses, pousser à la réflexion à contre-courant de ce que l’on veut nous faire avaler, faire avancer les consciences à contre-courant du pouvoir qui nationalement mais aussi localement essaye de nous anesthésier, s’attache à détruire toute perspective, tout espoir, casse les rêves pour n’amener que désespoir et résignation avec, pour objectif, un peuple amorphe qui se tait ! La désillusion reste l’un des plus grands anesthésiants à la lutte !

Communistes, pour notre part, nous continuons à analyser le choix du système, en 2017, de dépasser l’alternance « gauche »/droite en torpillant médiatiquement Fillon et en promouvant Macron contre ce qui reste – encore pour combien de temps ? – le repoussoir d’extrême-droite.

Ce n’est pas dans le rétablissement de la gauche classique social-démocrate que viendra une issue, dans des accords électoraux pour plus ou moins d’intégration dans l’UE du capital, en faisant patienter les travailleurs d’ici une nouvelle mascarade électorale en 2022.

Car, oui, rien n’est hasard, le capital organise de façon structurelle, une politique de casse des statuts du travail, de concurrence de tous contre tous, de démantèlement de la sécurité sociale, de l’assurance chômage et des services publics.

Les profiteurs et commanditaires de ces casses sont le patronat et le profit capitaliste.

C’est une évidence bonne à rappeler.

Mais surtout, ne laissons pas propager l’idée que le mouvement social, les grandes luttes, la lutte des classes en France, ces dernières années n’ont servi à rien!

Imaginons où en serait notre système de retraite (67 ans ?) s’il n’y avait eu la mobilisation, la grève de 3 millions en jours ouvrés en 2010 !

Certes les dernières vraies victoires remontent à 1995 contre le Plan Juppé et à 2006 contre le CPE.

Mais le niveau de lutte général, notamment contre la loi El-Khomry en 2016 ou pour le monopole public SNCF en 2018, comptent considérablement dans le rapport de force.

Une autre évidence bonne à rappeler face aux médias de l’idéologie dominante !

Je reviendrai  sur la bataille exemplaire d’Ondulys menée par Alice et la CGT, mais quelle hargne, quelle solidité ! pour autant seule, sans organisation, le combat, elle n’aurait pas pu le mener, voir le gagner. Imaginez la tête du patron, actuellement qui va enfin avoir face à lui un syndicat de classe !

Je souhaite qu’ici nous lui adressons de grands applaudissements ainsi qu’aux camarades syndiqués, ou pas, qui l’on aidée. Peut-être voudra-t-elle nous dire quelques mots ?

OUI, les luttes existent, les perspectives et l’espoir existent.

Je pense aussi, à la lutte de l’usine Materne à Boué : les gars bloquent, car ils ont marre de se faire avoir, ils veulent leurs droits ; un salaire pour vivre décemment, alors que le patron se remplit les poches. La GREVE, le blocage de l’usine, ça paye.

Auchan, à Toulon La Valette, une camarade m’a annoncé que l’ensemble des syndicats ONT voté sous l’impulsion de la CGT majoritaire contre le travail du dimanche, la direction n’aura qu’à se plier ! Victoire !

Oui, des luttes petites ou grandes, partout, mais non médiatisées, à nous de les relayer, ne tombons pas dans le piège de réseaux sociaux.

Portons aussi des revendications claires, justes.

Sécurité sociale, salaires et droit du travail, services publics… Les forces existent pour bloquer et commencer à contrecarrer les contre-réformes structurelles poursuivies par Macron et son gouvernement.

Nous continuons à rechercher les convergences de lutte, à même de bloquer les réformes structurelles que poursuit Macron, de commencer à les inverser. On est passé très près en 2018, contre les directives européennes de concurrence, SNCF et RATP, sur la défense des statuts du travail :El-Khomri/Ordonnances Macron/Fonction publique/Entreprises publiques etc.

Nous partageons, à notre niveau de militants politiques, les questions, omniprésentes chez les militants syndicaux, avec les convergences, de luttes plus continues (et non «saute-moutons »).

Faisons entendre les PROPOSITIONS DEREVENDICATIONS  et DE RUPTURE IMMEDIATEs que nous defendons:

Augmentation du Smic à 1800 brut net et début de reconstitution d’une échelle mobile des salaires.

Indexation des retraites, pensions et allocations sur l’évolution des salaires : Non au vol de la revalorisation de 0,3% en 2019, en dessous de l’inflation !

Défense et rétablissement du salaire socialisé : suppression pur et simple du CICE (20 milliards d’euros en 2018, 40 milliards en 2019 avec son cumul pour le patronat avec des exonérations nouvelles de cotisations sociales)/Extinction de toutes les exonérations de cotisations sociales patronales/ Suppression de la CSG et retour aux cotisations sociales.

Fiscalité : abandon définitif de la fiscalité indirecte sur les carburants/ Rétablissement de l’ISF/ Création de nouvelles tranches de l’impôt sur le revenu pour les plus hauts revenus.

Abandon du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, source de complexification, menace sur le recouvrement, préparation de la fusion avec la CSG contre le financement solidaire de la sécurité sociale.

Transports : rétablissement des monopoles publics SNCF et RATP contre les directives de l’UE du capital/ Renationalisation, sans indemnités, des sociétés d’autoroutes/

Dépenses publiques : annulation de la hausse de 1,7 milliards d’euros par an des dépenses militaires d’ici 2022, baisse des crédits militaires dès le budget 2019, abandon des programmes de production d’armes de destruction massive, dont le nucléaire militaire. PETITION EN LIGNE: https://baisse-budget-militaire.fr/

Abandon des contre-réformes abaissant l’offre d’éducation publique dans les lycées, le niveau du Bac et de Parcoursup instrument de la pénurie et de la sélection dans  dans l’enseignement supérieur.

Tous ensemble ? Oui ! Sur de vraies positions de rupture avec la politique au service de l’argent!

Voici des solutions concrètes, pour de suite, pour commencer à changer la vie.

Donc, nous voilà repartis pour 2019 sur encore et toujours la lutte des classes, loin de toute compromission, magouilles,avec une organisation renforcée et qui se déploie.

Je profite de cette soirée pour lancer un appel à la journée de grève et de manifestation du 5 février avec rendez-vous à 16H place du 8 octobre, espérant que cette journée fera boule de neige, qu’un grand mouvement social se déploie, comme en mai 1968, comme certains s’y réfèrent, ce n’était pas seulement des pavés à Paris, c’était un vent qui couvait depuis plusieurs années, avec des entreprises en grève tout au long de 1967.Il n’y a pas de baguette magique, il faut aller dans les entreprises avec le syndicat comme outil et construire le rapport de force sur des revendications convergentes !

Je  profite aussi pour vous annoncer d’ores-et-déjà notre repas annuel le samedi 9 mars à la salle Paringault avec un menu africain, fait par des camarade du Mali, Sénégal, en ces temps ou le rejet de l’autre prend le pas sur la solidarité, accentué par les tenants du pouvoir et les populistes de tout bord ne lorgnant que sur les élections européennes pour servir cette Europe du capital que nous continuons à dénoncer depuis sa création,  nous remettons au goût du jour la phrase fondatrice de notre parti : « prolétaires de tous pays unissez- vous ! oui unité , unité de classe ! »

Vive le parti communiste français !

Et comme tous les ans, bon anniv’ a Ludo !

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/voeux-du-pcf-saint-quentin-aisne-02fraternels-solidaires-combatifs/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.