Encore des fermetures de classes

ConseilMunicipalConseil municipal de la ville de Saint-Quentin
du 29 mars 2010, intervention d’Olivier Tournay,
conseiller municipal PCF.

 

 

Question orale  relative aux fermetures de classes

 

« Madame la 1ère Adjointe, Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux.

Les années se suivent et se ressemblent à Saint-Quentin lorsqu’il s’agit de carte scolaire car six fermetures de classes sont décidées : 2 classes en maternelle à Collery et Schuman, 4 en élémentaire à Arnould, Laroche, Schuman et Lavisse.

Madame l’adjointe à l’enseignement déclarait l’an dernier dans cette même assemblée qu’il ne fallait pas aborder le problème « avec une approche comptable uniquement mais [avec] une approche pédagogique.[1] » Cette année volte-face, dans un entretien avec le Courrier Picard du 10 mars 2010, Madame Jacob  nous explique que c’est cette fois-ci que l’on ne peut rien faire face à la logique comptable, tant pis pour la dimension pédagogique. Je cite : «nous accusons un déficit de moins de 90 enfants scolarisés par rapport à 2008-2009 (…), cela m’étonnerait que l’on passe à travers des suppressions de classes ». Il est bien dommage que la municipalité renonce si rapidement à ses principes.

Nous savons très bien que les fermetures vont de pair avec la baisse de l’accueil des Toutes Petites Sections. Or, la scolarisation des élèves dès 2 ans favorise leur réussite, notamment pour les populations les plus en difficultés.

D’autre part, ces fermetures contribuent à l’accroissement des effectifs dans l’élémentaire, ce qui tend à augmenter les écarts de réussite entre les élèves. Pour autant, une étude de l’économiste Thomas Piketty, démontre que limiter l’effectif d’une classe à 18 élèves en ZEP diminue de 40 % l’écart des résultats avec les élèves « hors ZEP ».

Comment garantir les mêmes chances de réussite pour tous lorsque l’on ferme sans réagir par exemple deux classes dans l’école Schuman, alors que le taux de chômage dans le quartier Europe atteint 23,6 % de la population active ?

Victor Hugo écrivait « « L’homme a un tyran, l’ignorance (…) Ouvrez une école et vous fermerez une prison. » A Saint-Quentin, on ferme des classes et l’on investit dans la vidéosurveillance.

Alors que le député Bertrand sacrifie à l’Assemblée Nationale la réussite scolaire de ses administrés Saint-Quentinois (et même de l’ensemble de ses concitoyens) en ne  remplaçant pas un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, soit pour cette année 16 000 enseignants en moins, nous interpellons une fois de plus la majorité municipale afin qu’elle prenne ses responsabilités. Aussi nous vous soumettons pour la troisième fois consécutive une motion à l’adresse de Madame l’Inspectrice d’Académie, de Monsieur le Recteur et de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale.

 

Motion :

A l’adresse de Madame l’Inspectrice d’Académie, de Monsieur le Recteur et de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale.

Vous n’êtes pas sans connaître les conséquences scolaires des difficultés sociales  des élèves. La situation à Saint-Quentin est de ce point de vue particulièrement alarmante. C’est pourquoi, nous attirons votre attention sur les mesures de carte scolaire qui risquent de compromettre l’avenir de nos enfants.

Les élèves de deux ans doivent être accueillis à l’école maternelle dans des conditions acceptables.

Les effectifs de classe doivent permettre la réussite de tous les élèves.

Nous vous demandons par conséquent de réexaminer l’ensemble des mesures de carte scolaire à Saint-Quentin, de ne pas fermer la classe lorsqu’elle est nécessaire pour l’accueil des 2 ans et de garder tous les moyens en poste à Saint-Quentin.

En définitive, Madame Jacob, ne désespérez pas, l’opposition vous soutient et estime elle aussi qu’il faut privilégier la logique pédagogique. Aussi, votez favorablement pour cette motion.

Merci de votre attention. »

 

[1] Conseil municipal du 16 mars 2009

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/fermeture-de-classes-29-mars-2010/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.