«

»

Imprimer ce Article

Aisne – Carte scolaire 2017 : le massacre continue – 120 fermetures d’école depuis 10 ans

B9711174401Z.1_20170219164422_000+G748I7U9C.2-0

Les parents mobilisés contre la fermeture de l’école Prévert à Saint Quentin

Le dernier CDEN (conseil départemental de l’éducation nationale) confirme la tendance de la carte scolaire annoncée en janvier.

Malgré 36 postes supplémentaires, le Directeur académique de l’Aisne décide de l’ouverture de seulement 18 postes d’enseignants sur des classes pour 35.5 fermetures de classe, au minimum 8 fermetures complètes d’école dont celle de Jacques Prevert à Saint Quentin où nous apportons tout notre soutien aux parents mobilisés.

Chercher l’erreur !

En réalité, il s’agit bien d’une stratégie politique et budgétaire. Contre toutes les études récentes sur l’importance de garder de petites structures, de l’intérêts des classes à multiples niveaux, les inspections académiques répondent aux ordres de ministères d’aller vers la centralisation des élèves dans de grosses structures. Les enjeux financiers sont conséquents. Entre l’intérêt de nos enfants et les finances, le choix a été encore vite fait par les comptables qui nous dirigent.

Les locaux coûtent chers aux communes, les effectifs sont souvent plus réduits dans les petites écoles, les besoins en personnel sont plus importants quand ils ne sont pas mutualisés dans les gros établissements. Personnel d’entretien, personnel d’encadrement, enseignant, remplaçant (il est plus facile de ne pas remplacer un enseignant dans une école de 10 classes et de répartir les élèves que dans une école de une, deux ou trois classe)…

Mais quid de l’intérêt des enfants et des familles ?

Les contraintes sont multiples :

  • nécessité de transports scolaires (on ne parle plus d’emprunte écologique ici), avec l’extension de la journée pour les enfants, les bus scolaires qui passent tôt et rentrent tard après leur tournée de villages.
  • l’éloignement des familles qui casse le lien parents-enseignant.
  • des écoles usines à plus de 300 élèves dans certains cas : tous les enseignants ne connaissent pas tous les élèves, récréation difficiles à surveiller, ambiance dégradée, niveau sonore très élevé…
  • les études montrent toutes que les élèves réussissent mieux dans les classes à plusieurs niveaux permettant aux élèves et aux enseignants d’adapter le travail à chacun.

Depuis 10 ans, ce sont 120 écoles qui ont été fermées dans le départements. A Saint Quentin, si le projet de l’école Prévert se concrétise, ce sera la 4ème écoles condamnées pour la ville. Au niveau national, depuis 2000, plus de 10.000 écoles ont été fermées pour seulement 2500 ouvertures.

Il faut savoir que la fermeture d’une école est un projet commun entre l’état (l’inspection académique départementale) et le commune.

À partir du milieu du XIXe siècle, un des principales progrès pour l’enseignement en France a été d’imposer par la loi des ouvertures d’écoles dans la majorité des villages, avant même l’obligation de scolarité, pour permettre l’accès de tous à l’enseignement. C’est un recul historique auquel nous avons à faire.

Économie et manque d’argent dans les caisses ?

Ici aussi, la version officielle ne tient pas. Une des premières mesures du gouvernement Hollande a été d’offrir 20 milliards par an aux grosses entreprises sur le compte de l’État avec la mise en place du CICE. Les cadeaux se sont prolongés avec 20 nouveaux milliards accordés chaque année au titre du pacte de responsabilité toujours aux mêmes entreprises. Ont-elles arrêté de fermer ou de délocaliser ? Ont-elles augmenté les salaires ? Rien du tout ! L’argent est parti dans les poches du patronat, direct ou actionnaire.

Aujourd’hui, si l’État brade l’Éducation nationale (et les autres services publics comme l’hôpital), c’est pour répondre à la demande du MEDEF qui en veut toujours plus. C’est pour nous prendre et donner aux plus riches. Si les caisses sont vides, c’est qu’elles ont été vidées, ce n’est pas une fatalité ou une évolution « normal » et générale. On nous vole ! On vole l’éducation de nos enfants, on vole notre retraite, on vole notre santé…

Les promesses électorales ne mènent à rien et permettent juste aux populistes d’annoncer tout et leur contraire. Les progrès sociaux ont toujours été imposés par l’organisation de la population contre les dirigeants, dans les luttes pour bouleverser et renverser l’ordre social.

Ne laissez plus faire !

Organisez-vous, rejoignez-nous !

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/aisne-carte-scolaire-2017-le-massacre-continue-120-fermetures-decole-depuis-10-ans/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>