AG des communistes 02 avec Pierre Laurent

Compte rendu de l’assemblée générale des communistes de l’Aisne du mardi 10 avril 2018 à Laon

 

68 personnes présentes dont :

–       Pierre Laurent, son chauffeur, son garde du corps, Chabalier

–       Le « coordinateur départemental du 02 » (suite à la démission du SD en juin 2017)

–       Environ 10 membres du CD

–       33 adhérents des sections de Saint-Quentin, Gauchy et Val d’Origny (en opposition avec la stratégie nationale).

 

Nous avons appris la réunion de cette AG par le biais du journal départemental du PCF, que nous ne recevons pas d’ordinaire, une semaine avant la tenue de l’AG, sans ordre du jour, annonçant juste la présence de Pierre Laurent.

Nous avons réussi à mobiliser 33 camarades pour faire le déplacement, l’AG se tenant à 50 km de chez nous, un soir en semaine, à 18h30. Nous pouvons nous satisfaire de cette mobilisation. Nos camarades représentants une moitié de la salle de cette AG.

 

A la tribune, se tient Pierre Laurent, Aurélien Gall (le coordinateur) et Yan Ruder (secrétaire de la section de Laon). Très brève introduction avant de donner la parole à PL qui ne la lâchera que 45 min plus tard. Arrivé plus tôt dans l’après-midi, il est allé voir les salariés de l’entreprise Daunat, en grève depuis 10 jours pour leurs conditions de travail et leur salaire. Malgré les efforts pour tenter de convaincre sur son franc soutien, quelques éléments trahissent la démarche opportuniste de PL. La conscience de classe laisse toujours place à l’empathie, et tourne souvent à la condescendance. Il ira jusqu’à mettre en doute la parole d’une salarié qui affirme que les employés du site sont moins bien payés que ceux du site breton. PL n’hésitera pas à dire « elle ne doit pas bien savoir de quoi elle parle, ça m’étonnerait qu’ils soient mieux payés ailleurs ». On sent tout de suite la maîtrise du monde du travail dans le privé…

Il passera aussi un moment avec les cheminots en affirmant soutenir leur lutte et en amenant ses propositions bidons de financement de la SNCF par la BCE. Mais la majorité de l’auditoire avait déjà sombré.

 

Corinne Bécourt sera la 1ère à prendre la parole. Le ton tranche. Corinne fait un point de la situation du parti dans le département. Démission du SD, démission de la trésorière, absence de congrès pour les remplacer, nomination unilatérale d’un coordinateur ou animateur départemental sorti du chapeau (quasi inconnu dans le département, candidat aux législatives en 2017 à moins de 2% et candidat des verts en 2004). Corinne fera un point sur la politique générale de Macron, sur la lutte des cheminots avec des propositions concrètes de la SNCF. Bilan de l’Union Européenne et de ses directives et nécessité de rupture avec celles-ci et avec l’Euro, outils du Capital. Présentation de notre pétition, demande de signature de Pierre Laurent – REFUS – avec pour seul argument : « tu sais que nous ne sommes pas d’accord ». Fin de l’intervention, Corinne est applaudie 10 fois plus fort que PL.

 

Interventions de quelques autres camarades d’autres sections, essentiellement sur des luttes ou situations locales, aucune remarque sur la stratégie nationale de la direction du Parti ou sur les positions de nos sections.

 

Francis Guezou (PCF St-Q) interviendra aussi pour demander des comptes à PL sur le thèmes : la lutte des classes a été abandonnée pour la lutte des places.

Intervention d’Olivier Tournay (PCF St-Q) sur le contrôle des élus avec quelques exemples de votes d’élus communistes dans le département (abstention sur vote du budget de la droite au département, vote avec la droite des augmentations dans une comm d’agglo,…)

 

Aurélien Gall interviendra pour se défendre sur sa candidature chez les verts en arguant qu’il n’avait que 22 ans…

Sachant que ce seul argument n’est pas le fond du problème mais bien sa quasi inexistence dans le Parti avant d’être propulsé à la place qu’il occupe aujourd’hui.

 

Pierre Laurent reprend la parole pour une tirade de 30 min à charge contre notre section et plus personnellement contre Corinne.

Principaux arguments :

–       il faut arrêter cette stratégie de groupe contre groupe. Le parti, c’est des individualités.

–       L’attaque personnelle contre Aurélien Gall est inadmissible. Du coup, il va appuyer de toutes ses forces sa candidature (menaces ?!)

–       Il est inadmissible que la section mette à jour ses cotisations en liquide avec une bonne partie de timbres à 1€

–       L’Union Européenne, c’est de l’internationalisme

–       Le Parti doit s’adapter aux changements la société (prenez les arguments de Macron sur la nécessité de réformer la SNCF à une époque qui n’a plus rien à voir avec celle de l’après guerre, changez SNCF par PCF et vous aurez la rhétorique de Pierre Laurent sur le sujet)

–       Il faut arrêter de multiplier les textes alternatifs aux congrès du Parti

 

Des arguments indignes d’un dirigeant national du PCF !!!

Pierre Laurent s’est rabaissé à porter des accusations et à détourner les arguments politiques qui lui ont été amenés. Il n’a cessé de remettre en cause le droit des communistes de discuter de la stratégie nationale. Il n’a jamais remis en cause les choix fait par la direction actuelle du Parti.

 

De nombreux camarades présents, dans une situation de précarité, se sont sentis méprisés par les propos qu’il a tenu sur les cotisations à 1€. Une fois la séance levée, P. Laurent a été interpelé par les camarades à ce sujet à de multiples reprises. Il quittera les lieux de l’AG pour couper court au débat.

 

 

Intervention de Corinne Bécourt en PDF

 

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/ag-des-communistes-02-avec-pierre-laurent/

(1 commentaire)

  1. Il est un des responsables de la déroute, de l’inexistance, de l’invisibilité actuelles des communistes , et il EST INCAPABLE DE S’EN RENDRE COMPTE! Pour une AG communiste, qu’est-ce que c’est que cette mascarade syndicale des années 60 : « La retraite à 60 ans ??? »
    Nous sommes bien bas!!!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.