«

»

Imprimer ce Article

NON à la disparition de l’Académie d’Amiens

academie_amiensAprès avoir été présentée comme une « hypothèse de travail », la disparition de l’académie d’Amiens, qui serait englobée dans celle de Lille, fait l’objet de pressions forte de la part du Premier Ministre sur l’éducation nationale.

Une telle fusion aurait des conséquences très graves pour les personnels et pour les jeunes de notre académie.

- Pour les personnels, ce serait la création d’un mastodonte de plus de 81 000 agents (soit 10 000 de plus que la plus grosse académie actuelle), avec un éloignement considérable des services gestionnaires avec les personnels.

- Ce serait la remise en cause de tous les acquis de la négociation et de l’action, avec un alignement sur le « moins-disant » pour ce qui concerne les affectations, les promotions (hors classe certifiés, CPE, agrégés), les rémunérations des agents non-titulaires, etc…

- Ce serait un mouvement intra-académique et des conditions d’affectation, notamment pour les jeunes collègues, particulièrement dégradés : réaffectations après mesure de cartes scolaires très éloignées, « extension de voeux » sur des centaines de kilomètres, extension de facto des affectations des TZR, etc…

- Ce serait une gestion plus bureaucratique, sans connaissance fine des réalités du terrain, tant pour les personnels que pour les établissements

- Pour les jeunes et pour nos établissements, ce serait la relégation comme « territoire de seconde zone » compte tenu des déséquilibres géographique, économique, démographique, entre les deux territoires « fusionnés »

- Ce serait l’assurance de voir les formations les plus attractives être implantées prioritairement hors de nos départements, voire le transfert de ces formations vers le Nord et le Pas-de-Calais, tandis que nos élèves, nos jeunes, seraient contraints soit à la mobilité, soit à se contenter des formations qu’on aura laissé sur place

- Ce serait la certitude que les problématiques spécifiques de l’échec scolaire en Picardie (ruralité, rurbanité…) seraient oubliées au profit de celles du Nord-Pas-de-Calais, région la plus urbanisée de France (hors Ile-de-France)

Nous n’avons rien à gagner et tout à perdre à la disparition de notre académie.

Dès maintenant, car rien n’est joué, il faut nous mobiliser.

Source SNES Amiens

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/non-a-la-disparition-de-lacademie-damiens/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>