«

»

Imprimer ce Article

Création d’une Agence Postale Communale – 9 février 2009

Intervention au Conseil Municipal du 16 février 2009
sur la création d’une Agence Postale Communale

 

 

 


agence postale communale: fin du service public… par pcf-sq

 

« Monsieur le Sénateur-Maire, Mesdames Messieurs les Conseillers municipaux.

Il nous est demandé dans le rapport n°8 de voter pour la création d’une agence postale communale en lieu et place du bureau de poste du quartier St-Martin.

 

La direction de la poste désire fermer ce bureau en raison d’une faible fréquentation. En effet, elle considère que 45 clients en moyenne par jour, cela n’est pas suffisant.

Deux remarques à ce propos :

D’une part, ce bureau accueille 45 clients sur une tranche horaire de 2h30, soit quasiment un client toutes les 3 minutes. Avouez que c’est loin d’être le désert annoncé.

D’autre part, la poste reste un service public, et par essence, un service public n’a pas à rentrer dans des considérations de rentabilité (car c’est bien de cela qu’il s’agit). Il doit garantir l’égalité de tous sur l’ensemble du territoire.

 

 

Face à cette éventuelle fermeture, il nous est donc demandé de voter pour la création d’une agence postale communale, qui permettrait selon ce rapport de « maintenir les services précédemment réalisés ».

Ce constat est faux. En rien, une agence postale communale ne délivre les mêmes services. Le modèle de convention produit en annexe le prouve :

–          Restrictions des dépôts d’objets (article 2.1)

–          Limitation des services financiers à des retraits et des dépôts de 300 euros par semaine (article 2.2)

–          Impossibilité pour l’usager de consulter  ses comptes (article 4.1)

–          Les dépôts ne sont pris en compte le jour même (article 4.3)

 

De fait, le service sera réduit et nécessitera que les usagers se déplacent à l’agence de la Basilique, chose qui n’est hélas pas à la portée de toute la population (notamment la population âgée ou handicapée)

Qui plus est, un bureau de poste fonctionne grâce à des professionnels pouvant  effectuer des opérations financières, de courrier  et de colis, pouvant par là-même dispenser des conseils.

Je le répète, il est faux d’affirmer que cette agence postale communale  fournira les mêmes services qu’un véritable bureau de poste.

Pour asseoir votre légitimité sur ce dossier, une consultation a été organisée auprès des habitants. Permettez de contester vigoureusement les modalités de cette consultation.

En effet, la question « souhaitez vous ou ne souhaitez vous pas la création d’une agence postale communale » (sous peine de voir le bureau de poste fermer) est on ne peut plus spécieuse. Il n’est pas étonnant que 93% des réponses soient positives. Il en aurait été de même si vous aviez demandé : « préférez vous que l’on vous coupe la main ou que l’on vous coupe le bras ».

La vraie question aurait été de demander : « souhaitez vous garder le bureau de poste  ou souhaitez vous sa transformation en APC ».

Cette question a d’ailleurs été posée en parallèle à la votre.  200 habitants ont pris la peine d’y répondre pour un résultat de 100% de gens favorables au maintien de la poste.  Vous pourrez consulter si vous le souhaiter ces résultats.

Bref, vous allez me rétorquer que vous n’êtes pas responsable de la Poste et que vous faites de votre mieux pour assurer la continuité du service. Vous êtes pourtant Sénateur, Maire de la ville la plus importante de l’Aisne. Un de vos adjoints a été plusieurs fois ministres et actuellement secrétaire général du premier parti de la majorité. Vous êtes en capacité de monter un projet urbanistique s’élevant à 40 millions d’euros, et nous devrions croire que votre influence n’est pas suffisamment importante pour empêcher la fermeture d’un bureau de poste de quartier ? Là où les maires de Marly Gomont ou d’Etréaupont ont réussi ? Monsieur le Maire, il est faux de dire que vous ne pouvez rien faire. Vous pouvez retirer le dossier du conseil municipal et renégocier.

 

 

Mesdames, Messieurs les conseillers municipaux de la majorité, vous n’êtes pas sans savoir que l’aide financière versée par la Poste dans le cadre d’une APC n’est pas assurée dans la durée, mais que surtout, c’est la fermeture annoncée de cette agence  lorsque La Poste rentrera en concurrence et que « l’Europe », au nom de la « concurrence libre et non faussée », mettra en demeure la France de supprimer cette aide ou de supprimer ces APC. Cette brèche annonce la mort de ce service public.

 

Bref, il est temps de prendre vos responsabilités. Ne tuez pas la proximité des quartiers. Que la lutte réelle contre l’isolement ne soit pas que des discours. Vous avez été élus sur un programme qui explique que vous travaillez « pour un développement harmonieux des quartiers », qui prône que « la Solidarité (…) [c’est] créer les conditions favorables pour contribuer à rendre notre Ville toujours plus humaine ». En votant pour ce rapport, en arrachant un à un les maillons du service public, vous ne ferez que trahir vos engagements. »

 

Retour à la page des interventions

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/creation-dune-agence-postale-communale-9-fevrier-2009/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>