«

»

Imprimer ce Article

Conseil municipal du 11 décembre 2017 – Vote du budget – Intervention d’Olivier TOURNAY pour le PCF

Conseil municipal du 11 décembre 2017 – Vote du budget 2018 – Intervention d’Olivier TOURNAY pour le PCF

Pour la seconde année consécutive, vous annoncez des contributions directes en baisse. Si les taux n’augmentent pas, ils ne sont pas en baisse non. Quant aux bases locatives  qui seront votées lors de la Loi de Finances, rien n’indique qu’elles seront à la baisse. Comme il y a une légère augmentation de la population selon l’INSEE, il reste alors la piste de la baisse de foyers assujettis à l’impôt, signe d’une grande pauvreté de la ville.

 

 

Certaines lignes de ce budget m’interpellent d’abord sur la forme.

Quand une ligne évolue de manière significative, surtout à la baisse, c’est le signe d’une nouvelle ventilation. Ainsi l’an dernier, la ligne communication passait de 1.14 millions à 398k euros, mais cela était du au fait que la subvention de Matélé était comptabilisée autre part. D’ailleurs, page 116 du document, il est annoncé une subvention de 640k euros pour Matélé, mais à la page 135, cette subvention apparait pour un montant de 600k. Pourquoi cette différence ?

 Cette année, la ligne communication perd de nouveau 25% (environ 100k). A quoi correspond  cette baisse ? En tout cas pas à la diminution du nombre de publications relatives aux actions de la majorité dans lesquels les oppositions ne peuvent s’y exprimer.

Mais quoi qu’il en soit, le budget communication, dans sa globalité reste extrêmement élevé : 1 million 588 mille euros par an.

 

 

Concernant la fonction 321 bibliothèque, je note que le budget est en très légère augmentation. J’aimerais surtout avoir, dans le cadre de sa transformation, des informations sur le fonds. Combien de livres ont été vendus, donnés, jetés et surtout sur quels critères ? J’ai en effet été interpellé par un usager sur cette question qui s’alarmait sur la disparition d’un certain nombre d’ouvrages rares ou moins rares. Par exemple, il y a déjà de nombreux mois, l’encyclopedia universalis  n’était plus disponible.

 

 

Concernant la fonction 2 enseignement formation, chapitre 251 relatif à la restauration scolaire, j’aimerais savoir dans quelle mesure vous avez pris en compte pour le vote de ce soir. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que le 7 décembre dernier le tribunal administratif de Besançon a décidé par son jugement d’annuler la décision de la mairie bisontine qui avait refusé d’inscrire un élève à la cantine de l’école primaire dont il dépend. Le jugement dispose que « les collectivités publiques qui choisissent de créer un service de restauration scolaire pour les écoles primaires dont elles ont la charge sont tenues de garantir à chaque élève le droit d’y être inscrit. En conséquence, elles doivent adapter et proportionner le service à cette fin et ne peuvent opposer un refus au motif de l’absence de places disponibles » et ce en application de l’article L131-13 du code de l’éducation issu de la loi Egalité et citoyenneté du 27 janvier 2017. Comment comptez-vous régler budgétairement cette question et, de fait, faire évoluer le règlement  intérieur de la restauration scolaire attendu que vous avez refusé en octobre d’inscrire un élève à la cantine ?

Pour conclure, votre budget n’évolue pas dans ses fondamentaux. D’une part, la partie investissement est encore artificiellement gonflée puisque des fonds de projets de l’année 2017 non abouties ou engagés viennent abonder les recettes 2018. D’autre part, vous persistez dans des arbitrages budgétaires que je n’approuve pas.

Dans ce rapport, entre autre, je ne trouve rien permettant d’avoir un réel sursaut pour améliorer l’accès aux médecins généralistes dans la ville.  La municipalité a un rôle majeur à jouer sur la question quand on sait qu’il n’y a plus qu’une cinquantaine de généralistes dans la ville et que les ¾ ont plus de 55 ans. Je vous ai plusieurs fois la proposition de vous pencher sur la question des centres de santé (qui sont des structures publiques – tous les médecins ne cherchent pas à travailler en libéral). Ca ne sera pas encore pris en compte dans le budget  2018. Il y a certes SOS médecins dont vous parlez systématiquement, mais ne confondons pas tout, ils n’assurent pas un suivi de patients, ils ne sont pas des médecins traitants.

Vous ne l’évoquez pas donc je suppose qu’il n’y aura pas d’amélioration non plus par le biais de ce budget concernant la dotation par élève dans les écoles. 23 euros de dotation par élève, la même somme depuis 1995. Le chômage est massif dans la ville, c’est donc dans l’éducation, dans la jeunesse qu’il faut investir. Dans certaines communes, cette dotation est 4 fois plus élevée.

 

Pas de changement non plus concernant le stationnement. Nous sommes dans une ville moyenne et comme la plupart d’entre elles, elles dépérissent.  Le centre-ville se désertifie. Ma proposition reste la même, celle d’une zone-bleue rendant le stationnement gratuit, avec disque bien entendu pour permettre la rotation des véhicules. Nous avons abordé le sujet lors du dernier conseil, et là encore vous avez balayé la proposition d’un revers  de main, que ce n’était pas possible. Pourtant la ville de Laon instaure à partir du 1er janvier 2018 le stationnement gratuit dans la ville. Ce qui est possible à Laon l’est aussi à Saint-Quentin.

Ce budget n’apportant pas d’avancée significative pour la population, je voterai contre.

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/conseil-municipal-du-11-decembre-2017-vote-du-budget-intervention-dolivier-tournay-pour-le-pcf/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>