«

»

Imprimer ce Article

37ème congrès du PCF – 4 juin 2016 : La direction cherche-t-elle à évincer totalement les initiateurs du texte alternatif n°4 « Reconstruisons le parti de classe – Priorité au rassemblement dans les luttes » ?

37ème congrès du PCF – 4 juin 2016 :

La direction cherche-t-elle à évincer totalement les initiateurs du texte alternatif n°4 « Reconstruisons le parti de classe – Priorité au rassemblement dans les luttes » ?

Communiqué, 4 juin 2016

 

La phase finale du  37ème congrès du PCF est en cours depuis le 2 juin, jusqu’au 5. Les débats se succèdent, suivant l’ordre établi. Tout observateur ne peut que constater le poids des différents scénarios envisagés pour les élections de 2017.

En parallèle, ont lieu les réunions de la « Commission des candidatures », composée de membres de la direction sortante et de représentants des fédérations départementales. Cette commission étudie la composition du futur Conseil national du PCF et propose la liste qui sera ratifiée le 5 juin par les congressistes.

A ce stade, après la réunion qui s’est déroulée dans la nuit du 3 au 4 juin, il apparaît que sont totalement évincées des 160 propositions pour le futur CN les candidatures de signataires du texte alternatif n°4. Ce texte, intitulé « Reconstruisons le parti de classe – Priorité au rassemblement dans les luttes », présenté par 400 camarades de 40 fédérations, a pourtant obtenu 7% des voix lors de la consultation des 2 au 5 mai, arrivant en tête dans deux fédérations.

S’il devait se confirmer, ce choix d’éviction indiquerait une évolution très préoccupante de la ligne de la direction du PCF.

Nous rappelons que le CN sortant compte, sur 168 membres, 4 signataires de notre texte alternatif (Dang Tran, Fainzang, Jalade, Negri – en plus de Morlot, invité comme secrétaire fédéral de la Haute-Saône). 6 noms sont proposés pour le nouveau CN : Bécourt, Dang Tran, Monnini, Negri, Niel, Odetti. Toutes ces candidatures sont celles de militants et de responsables d’organisations du PCF, pas tombés de la dernière pluie. Plusieurs ont été approuvées, dans un objectif de travail en commun, par leur congrès départemental.

A ce stade, on est en droit de s’interroger sur le respect de la « diversité » proclamée par la direction du PCF et sur la « diversité » qu’elle est prête à accepter.

On constate en effet, dans la liste actuelle des candidatures retenues pour le CN, approuvées ou non par leur fédération, 24 signataires du texte alternatif n°1, 7 signataires du texte alternatif n°3. On note que 3 places sont aussi octroyées à des membres de la tendance dissidente de la LCR, devenue « Gauche unitaire », avant d’intégrer en groupe le PCF en… septembre 2015.

Qu’est-ce qui peut déranger chez les initiateurs du texte 4 ? Qu’ils pensent que le PCF ne peut pas oublier qu’il est issu de la Révolution d’octobre ? Que le PCF doit d’abord se concevoir comme le parti des travailleurs et de leur lutte dans la lutte des classes, plutôt que comme institution dans la démocratie bourgeoise ? Que le PCF doit proposer une ligne de ruptures avec l’Union européenne du capital, par exemple en soutenant la campagne actuelle des communistes britanniques ? Que Syriza et la politique antisociale de son gouvernement n’est pas un modèle ? Que l’approbation de l’état d’urgence après les attentats a été une grave erreur ?

Les premiers signataires du texte n°4 sont aussi les initiateurs, en janvier, d’un appel national contre le choix de la direction du PCF de rentrer dans le processus des primaires à gauche pour 2017. Dans le congrès, ils expriment clairement le rejet d’une stratégie défini par une perspective électorale, institutionnelle, de recomposition politique à gauche pour 2017 que ce soit avec Cécile Duflot, invitée d’honneur du congrès, ou derrière Mélenchon.

Il n’y a pas que 7% des communistes et des sympathisants du PCF à le penser, au moment où la perspective de gagner le retrait pur et simple de la loi Khomri (et la pérennisation du statut cheminots SNCF) sont la préoccupation principale des militants.

A ce stade, nous appelons la direction de la Commission des candidatures à revoir sa position. Nous appelons les camarades, quelle que soit la motion qu’ils ont approuvée, à intervenir dans leur délégation, auprès de leurs dirigeants fédéraux pour que la démocratie soit respectée dans le PCF.

 

Premiers signataires, parmi les délégués au congrès : Corinne Bécourt, Emmanuel Dang Tran, Eric Monnini, Cyril Morlot, Dominique Negri

 

Contacts : emmanuel.dang-tran@orange.fr (Emmanuel Dang Tran) ou 06 83 56 52 27 (Dominique Negri)

 

Communiqué – version PDF – cliquer ici

Nous transmettrons tous les messages à la commission des candidatures ( Isabelle de Almeida : idealmeida@pcf.fr – Jacques Chabalier : jchabalier@pcf.fr ), au secrétariat du CN ( Yan Henzel : yhenzel@pcf.fr ) et au bureau du congrès.

Lien Permanent pour cet article : http://pcfsaintquentin.fr/37eme-congres-du-pcf-4-juin-2016-la-direction-cherche-t-elle-a-evincer-totalement-les-initiateurs-du-texte-alternatif-n4-reconstruisons-le-parti-de-classe-priorite-a/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>